Et se remettre à la photo… Un peu…

, par Matthieu Marcillaud

Il y a bien 8 ans que je n’avais plus fait de photo. Je m’étais arrêté à l’argentique. Puis il y a des envies parfois qui renaissent, comme quelques vers d’une poésie qui reviennent dans sa tête. Alors de fil en aiguille on finit par se décider, et explorer de nouveau ces territoires d’image.

Le matériel

Il y a quelques années, j’avais revendu mon maigre matériel photo, à savoir un Canon EOS 300 avec 2 « zoom » de base 28-80mm et 75-300mm de mémoire. L’appel de l’œil revenant, désireux d’explorer son regard, de tordre le quotidien, de braver les lumières, j’ai du découvrir un peu le matériel actuel.

Je le souhaitais pas trop encombrant et assez léger pour le promener lors de mes randonnées à pied ou à vélo, mais avec une visée optique, des objectifs interchangeables, une certaine qualité. Bercé par Canon, j’ai opté pour un reflex APS-C, le EOS 100d, qui s’est fait remarquer pour sa petite taille lors de sa sortie en 2013. Je l’ai pris « nu » comme l’on dit, sans le zoom du kit habituel.

Et je l’ai agrémenté pour l’instant de 2 objectifs fixes assez petits et légers. Un 24mm f/2.8 STM « pancake » et un 50mm f/1.8 STM. Il y a un paradoxe en matériel photo, c’est que plus les objectifs sont de qualité et lumineux… plus ils sont lourds ; il faut donc s’accorder avec ce compromis de légèreté afin de pouvoir se promener en vacances ou n’importe où avec ses petits jouets sans souffrir de leur poids.

Je passe quelques détails sur un sac à dos pour ranger tout cela et un trépied transportable, et on arrive à une première petite base pour se relancer, en ce début d’été, sur le fleuve de la photographie.

Expérimenter

Ce que je retiens surtout, avec des années de retard tout de même, c’est la formidable joie des photos numériques. Hormis l’achat du matériel ou la qualité de la photo, ce qui fascine, c’est de pouvoir prendre autant de clichés, ratés ou non, des centaines pourquoi pas, les observer, et les supprimer, comme ça… sans que cela ait coûté un sou. On peut expérimenter, se tromper, tester, pour rien. Pour le plaisir. Avant, dans ce lointain temps où les labos photos développaient nos pellicules, on préférait ne pas trop avoir de ratés ou de doublons…

Maintenant, les rafales de photos, le « bracketing d’exposition » (j’adore les québécois toujours précis qui utilisent le terme : « prise de vue en fourchette »), toutes ces choses qui multiplient le nombre de photos… hop… peu importe. Il y a un petit côté merveilleux.

Évidemment, il faut également se reformer. Les focales, les ouvertures, les temps de pose, la profondeur de champ, les cadrages, les perspectives, les options sur l’appareil. Tout ça c’est une chose.

Puis on découvre aussi que les photos numériques… se développent. Avec des logiciels spécialisés, tels que RawTherapee ou Darktable pour les libres. Et là encore c’est un nouveau monde qui s’ouvre, de petits réglages pour tenter d’embellir un peu sa photographie, ou de restituer l’atmosphère ressentie au moment de la prise.

Quelques photos de juin 2015

Trois semaines avec la nouvelle bête, et voici quelques photos qui en sont sorties. Je remarque que pour moi, les fleurs, les plantes, les bébêtes, ça rend toujours bien. Je ne mets pas ici volontairement les photos de personnes même si j’en ai faites quelques unes que je trouve sympa.

Coup de pouce

Pour me maintenir en éveil et en pleine forme physique et mentale, vous pouvez me faire le cadeau d'un jus de fruit pressé.

En plus de m'hydrater, de m'offrir une alimentation saine crudivore et frugivore, cela peut aussi me motiver à produire d'autres documentations ou peut-être à prendre des vacances ! :)

Vous pouvez également me « Flattrer » si vous utilisez le service en ligne très malin Flattr de microdonations qui permet d'allouer un budget mensuel à des créateurs de contenu. Votre budget est partagé chaque mois entre toutes les personnes que vous avez flattées ce mois là.