Une tomate, ça ressemble à quoi ? Quelques variétés délicieuses que vous ne verrez pas en supermarchés !

, par Matthieu Marcillaud

Les tomates que l’on rencontre sur les étals des supermarchés se ressemblent. On peut facilement les découper en 2 catégories : tomates en grappes ou non et tomates cerises (en grappe ou non). Si ces tomates d’un rouge et d’une rondeur parfaite semblent appétissantes, la déception naît en les mangeant : elles n’ont aucun goût, malgré leur haute teneur en pesticides.

Cependant, pour se rendre compte qu’elles n’ont aucun goût, encore faut-il avoir mangé dans sa vie des tomates qui ont du goût et des parfums justement.

Notre voisin Christophe Correia (agriculteur bio en Charente à Torsac) se plait à cultiver des variétés de tomates anciennes. C’est grâce à lui que l’on peut dire, réellement, qu’une tomate peut être subtile ou délicieuse, jaune, noire ou violette, plissée, ovale ou ronde...

Comme c’est la pleine saison en ce moment, voici de quoi vous faire découvrir de véritables tomates, sous un autre angle, celui de l’agriculture paysanne de proximité, qui n’a rien à se reprocher si une tomate n’est pas parfaitement calibrée.

Peut être que cela vous donnera l’envie de réaliser de jolis assortiments comme celui-ci :
Assortiment de tomates

Cultiver en association

Quelques principes peuvent s’appliquer pour la culture des tomates, comme en général dans la culture biologique ou semi-naturelle : favoriser la diversité, particulièrement pour attirer des auxiliaires, ces petites bestioles velues ou non, volantes ou non, qui apportent un équilibre aux cultures.

Une excellente façon de créer une diversité, outre le fait de ne pas faire de monoculture, est d’ajouter des plantes aromatiques, souvent fortement odorantes, souvent très mellifères, tel que la bourrache, la phacélie ou le soucis. D’autres plantes comme la marjolaine ou la vipérine poussent abondamment par chez nous.

Observez l’extérieur de la serre de Christophe, il ne faut pas avoir peur des fleurs (encore qu’ici, on voit surtout de la vipérine (sur la gauche) !
Derrière la serre

Récolter les graines

Lorsque vous utilisez des plants (qui ne sont pas hybrides), vous pouvez assez facilement récolter vos graines ; et dans la mesure où les différentes variétés de tomates que vous avez semés sont assez espacées pour ne pas se polliniser mutuellement, vous obtiendrez des variétés identiques.

Pour cela, cueillez les tomates bien mures et faites tomber les graines dans une passoire ; rincez les abondamment à l’eau. Il restera normalement une gélatine sur les graines. Verser ces graines dans un verre d’eau, elles coulent. Patientez environ 7 jours... Les graines vont à un moment flotter, puis redescendre au fond du verre. A ce moment là, rincez les de nouveau dans une passoire, la pellicule gélatineuse s’en va. Egoutez les graines et posez-les à sécher dans une assiette. Elles seront prêtes pour les semis de l’année suivante.

Il n’y a pas que les tomates dans la vie !

Comme c’est la saison de plein de légumes sacrément jolis et tout aussi anciens, voici quelques clichés d’aubergines dont les couleurs peuvent surprendre ! (Je vous passe les poivrons violets, ce sera pour un autre jour !)

Aubergine
Aubergine
Aubergine... Non, il ne pousse pas des oeufs !

Coup de pouce

Pour me maintenir en éveil et en pleine forme physique et mentale, vous pouvez me faire le cadeau d'un jus de fruit pressé.

En plus de m'hydrater, de m'offrir une alimentation saine crudivore et frugivore, cela peut aussi participer aux frais de gestion du serveur que je gère et qui héberge quelques sites relatifs à SPIP. Cela peut aussi me motiver à produire d'autres documentations ou peut-être à prendre des vacances ! :)

Vous pouvez également me « Flattrer » si vous utilisez le service en ligne très malin Flattr de microdonations qui permet d'allouer un budget mensuel à des créateurs de contenu. Votre budget est partagé chaque mois entre toutes les personnes que vous avez flattées ce mois là.